Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de fotobox.over-blog.fr

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
armement, compteur, prisme et cellule.

armement, compteur, prisme et cellule.

Préparant une page sur les Pentina à obturateur central, je me suis aperçu que le désign très épuré ne permettait pas un démontage aisé. J’ai lancé des appels et posé des questions sur le Net. J’ai reçu quelques éléments mais rien de complet. Un manuel de restauration est à vendre mais très cher et visiblement ne concerne que les mauvais fonctionnements. J’ai donc pris un appareil en panne et ai tenté de démonter le boitier.

Toutes les vis sont cachées, et c’est une vraie chasse au trésor que de les trouver. Par contre il est inutile de retirer le gainage (très fragile) il n’y a pas de vis en dessous.

Je mets les photos des étapes  que j’ai suivies. Il doit être possible d’éviter de retirer les bagues de l’obturateur et de laisser le gainage et le cache monture. 

Une fois le boitier extrait on peut admirer la conception de l’appareil et le prisme intégré. Pour les réparations les obturateurs centraux sur les réflex sont très complexes. Les similitudes avec le système des Contaflex permettent de s’inspirer des manuels de réparations de ceux-ci. La cellule est classique et pour le reste rien de spécial. Toutefois je comprends la mauvaise réputation de ces appareils auprès des réparateurs de l’époque.  

Le remontage sera tenté et je posterai une photo lorsqu’il sera fini... aucun délai prévu.

Une page détaillée concernant  le démontage de l’obturateur (De plus Simon est très sympa)

https://simonhawketts.com/2016/06/19/pentacon-pentina-strip-down/

Merci de vos retours.

dévisser les pieds et les anneaux de courroie

dévisser les pieds et les anneaux de courroie

Dévisser les 4 grosses vis de la monture et sortir les bagues.

Dévisser les 4 grosses vis de la monture et sortir les bagues.

Retirer la plaque décorative

Retirer la plaque décorative

fenêtre de la cellule sécurisée par un ressort

fenêtre de la cellule sécurisée par un ressort

Faire pivoter le cache cellule

Faire pivoter le cache cellule

Retirer le sélénium et la paque de verre (attention non solidarisée)

Retirer le sélénium et la paque de verre (attention non solidarisée)

Faire glisser le cache et dévisser le porte flash

Faire glisser le cache et dévisser le porte flash

Démontage d’un Pentina réflex.
Dévisser le cache d'écrou de pied et retirer les 3 vis

Dévisser le cache d'écrou de pied et retirer les 3 vis

Soulever le bouton de bobinage et retirer les vis.

Soulever le bouton de bobinage et retirer les vis.

Retirer le bouton de rembobinage (outil spécial)

Retirer le bouton de rembobinage (outil spécial)

Dévisser le bouton de manivelle de bobinage

Dévisser le bouton de manivelle de bobinage

Dévisser les 3 fixations

Dévisser les 3 fixations

faire coulisser le cadre métallique du boitier

faire coulisser le cadre métallique du boitier

Côté armement et compteur

Côté armement et compteur

Côté cellule

Côté cellule

Vue de dessous

Vue de dessous

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - général

J'ai récupéré à vil prix un Super-Ikonta 533/16. C'est un appareil sorti en 1938 (celui ci est de 1939) et qui est équipé d'une cellule non couplée. Comme pour le Contax 3 la cellule est imposant et le bouton de réglage surélevé.

http://http://fotobox.over-blog.fr/2013/12/zeiss-ikon-super-ikonta-partie-1.html

Cet appareil avait de multiples soucis. Manque de cuir et de capot d'obturateur, déclencheur bloqué, optique sale avec des filaments et système de télémètre non fixé sur l'obturateur... le tout sous une bonne couche de crasse. L'obturateur fonctionnait parfaitement. A priori l'appareil avait subi une tentative de réparation "sauvage" (cuir arraché pour accéder au déclencheur, vis manquante, avant mal démonté et perdu..) puis un abandon dans un lieu assez humide. Comme je possède des pièces (vis, bloc obturateur et optique et cuirette) je me suis lancé. Voici les étapes de démontage qui je pense peuvent aider.

après dépoussièrage

après dépoussièrage

Premier travail retirer le capot et la cellule afin de nettoyer le verre de celle ci. Tout d'abord le bouton de bobinage.

Restauration d’un Super Ikonta 533/16
Restauration d’un Super Ikonta 533/16

Ensuite celui de règlage de la cellule. Rien de compliqué.

Restauration d’un Super Ikonta 533/16

Restait à sortir le capot. Une longue vis est cachée à l'intérieur du boitier près de l'axe du film côté mémo cellule. Sur le capot une vis sécurise le déclencheur, une autre se trouve bien visible entre le déclencheur et le bouton de déblocage de la double expo et une dernière tient ce bouton. Avec le temps le capot a eu beaucoup de mal à sortir de son logement. Le dessus de la cellule (tenu par 4 vis....normalement) se retire sans soucis.

Restauration d’un Super Ikonta 533/16

Le système d'armenment et de déclenchement était figé par de la graisse extrèment durcie. De plus des manipulations appuyées avaient tordu quelques pièces dont une patte du palpeur permettant de désengager la sécurité de double exposition. Comme je n'ai pas de pièce j'ai fabriqué une petite cale en alu pour que cette sécurité ne se mettre plus en place. Cette pièce est vissée et donc amovible ...pour le jour ou je trouverai un palpeur. . Après un démontage et un nettoyage des pièces et des axes (acide oxalique pour les pièces et essence C pour les axes) tout s'est remis à fonctionner correctement. Seule différence il faurt regarder le numéro de la vue sur la fenêtre inactique. Remontage dans l'ordre inverse du ...démontage.

Ensuite démontage de l'optique lentille avant se dévissant, centrale avec spanner et arrière propre laissée sur l'obturateur et nettoyée sur place. Nettoyage des lentilles (acide acétique, alcool, eau distillée ...)

Restauration d’un Super Ikonta 533/16

Remise en place du groupe central, fixation du télémètre. Remontage de la lentille avant qui doit prendre place dans un ergot actionné par la roue du télémètre. Chance ou conception les distances lues correspondent dès le remontage avec la réalité !!. Remise en place du capot qui possède des butées permettant de contenir la course de la lentille avant. (pénible à remettre !)

Après quelques essais puis un bon nettoyage extérieur les vieux lambeaux de cuirs sont retirés. Avec un cuir de remplacement d'un grain quasiment identique les pièces sont découpées et recollées.

Restauration d’un Super Ikonta 533/16
Restauration d’un Super Ikonta 533/16

Un traitement à l'huile de pied de boeuf pour les cuirs anciens et l'appareil est terminé.

Je suis satisfait du résultat. Reste à l'essayer...vu le poids je n'irai pas trop loin.

Restauration d’un Super Ikonta 533/16

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr

Welti 1936

Welti 1936

Welta est une très ancienne firme fondée en 1914 à Freital. Elle produit une longue série de foldings (Perle, Weltax, Weltur…) et doit sa notoriété à ses reflex bi-objectifs Perfecta et Superfecta.  Vint ensuite le 35mm avec les Weltix, Weltur à télémètre et Welti.

Lorsque la guerre se termine, Welta fut nationalisé, l’outillage confisqué et il fallut attendre 1949 pour que la production reprenne.(VEB Welta-Kamera-Werk vers 1950, puis VEB Kamera und Kamera Werk en 1959 et enfin VEB Pentacon en 1964 avant de disparaitre.)  

Je m’intéresse ici aux Welti, spécialement ceux d’après-guerre équipés de Tessar.

1935 : Folding avec hélicoïdale. Noir, sans sabot, marqué Welta sur le bouton de bobinage.

Cassar 2,9/ Tessar 3,5/ Xenar 3,5 sur Compur

Cassar 2,9/Elmar 3,5/Tessar 2,8/Xenar 2 sur Compur rapid

1936 : Identique mais reçoit une griffe porte accessoire.

1937 : Capot chromé, boutons rehaussés, sabot entre le viseur et le déclencheur, compteur.

Xenar 3,5/Cassar 2,9/ Tessar 2,8/ Radionar 2,9/ Xenar 2,8/ Xenon 2 sur Compur ou Compur rapid.

Welti 1 de 1949. Compur rapid-Tessar 3,5

Welti 1 de 1949. Compur rapid-Tessar 3,5

1949 : Reprise du modèle 1937. Welti noté sur le cuir. Nouveaux compas.

Tessar 3,5 sur Compur, Compur rapid ou Ovus.

Welti 1. Cludor-Tessar 3,5

Welti 1. Cludor-Tessar 3,5

1950 : Marqué Welti 1 sur le cuir. Nouveau dos et Welta gravé sur la semelle.

Tessar 3,5/Cludor

Tessar 2,8/Cludor

Trioplan 2,9/Cludor

Welti 1. Vebur-Tessar 2,8

Welti 1. Vebur-Tessar 2,8

1951: version plus lumineuse de l’optique et obturateur Vebur.

Tessar 2,8/Vebur

Trioplan 2,9/Vebur

Welti 1C. Vebur-Tessar 2,8

Welti 1C. Vebur-Tessar 2,8

1953 : Welti 1C. Evolution du Welti 1. Adoption d’un capot recevant un viseur intégré et surmonté de la griffe porte accessoire.

Tessar 3,5/Cludor

Tessar 2,8 Vebur

Trioplan 2,9/Vebur

Un Welti 2 (1951) à télémètre reprend l’architecture du Weltini d’avant-guerre et sa base est très proche de celle du Welti.

Welti 1. Vebur-Tessar 2,8

Welti 1. Vebur-Tessar 2,8

Les Welti sont de jolis appareils, très bien finis et originaux. De nombreuses variantes et versions existent et les appareils de la marque sont encore abordables. De nombreux Welta  sont en très bon état et fonctionnent parfaitement…encore une source de collection !

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Carl Zeiss

Belca, CZJ

Créé en 1908 la firme Balda est basée à Dresde. Sa production est classique mais prend de l’essor grâce au petit format Baldina.

Après la guerre les activités reprennent sous le nom de Belca dans une usine en ruine (Monsieur Baldweg se réfugie à l’Ouest et reprend la construction de …Balda). Belca produira peu de modèles mais certains sont très intéressants et possèdent des optiques Zeiss. La production tardive sera effectuée chez Welta. A la fin des années 1950, et après de nombreuses appellations, Belca disparaitra dans le consortium VEB/Pentacon.

Beltica 1949. Compur rapid-Tessar 3,5

Beltica 1949. Compur rapid-Tessar 3,5

Beltica 1949. Cludor-Tessar 3,5

Beltica 1949. Cludor-Tessar 3,5

Beltica 1952. Cludor-Tessar 2,8

Beltica 1952. Cludor-Tessar 2,8

Beltica, 1949. Cet appareil est dérivé du Baldina d’avant guerre et produit sous ce nom depuis 1946. Il est renommé et légèrement modifié suite à une plainte de Balda Ouest.

Appareil fofding 135mm à ouverture verticale. Viseur à correction de parralaxe. Déclencheur sur le boitier.

Ludwig Meritar 2,9/50mm-Avus (Balda)

Ludwig Meritar 2,9/50mm-Cludor 200

Ludwig Meritar 2,9/50mm-Vebur 250

Meyer Trioplan 2,9/50mm-Cludor 200

CZJ Tessar 3,5/50mm – Compur rapid 500 (plaque profondeur de champ au dos)

CZJ Tessar 3,5/50mm – Cludor 200

CZJ Tessar 2,8/50mm – Cludor 200

Beltica 1 de 1953. Vebur-Tessar 2,8

Beltica 1 de 1953. Vebur-Tessar 2,8

Beltica 1, 1953. Ce Beltica 1 est un boitier entièrement nouveau. Forme horizontale avec ouverture verticale de l’abattant. Grand viseur ouvrant avec correction de parallaxe. Mise au point hélicoïdale mais armement non couplé.

Ludwig Meritar 2,9/50mm-Vebur 250

Meyer Trioplan 2,9/50mm-Vebur 250

CZJ Tessar 2,8/50mm-Vebur 250

CZJ Tessar 2,8/50mm-Cludor 200 (sous réserve, 2 appareils vus ; premiers modèles ou réparation ?)

Beltica 2 de 1955. Vebur-Tessar 2,8

Beltica 2 de 1955. Vebur-Tessar 2,8

Beltica 2, 1955. Reprend l’architecture du précédent mais redoit un capot intégrant le viseur qui conserve sa correction de parallaxe et une griffe porte accessoire.

Ludwig Meritar 2,9/50mm-Vebur 250

CZJ Tessar 2,8/50mm-Vebur 250

Belmira 2 de 1955. Vebur-Tessar 2,8

Belmira 2 de 1955. Vebur-Tessar 2,8

Belmira, 1951. Appareil 35mm à télémètre couplé. Grand viseur, armement couplé, mémo film. La fenêtre du télémètre a une forme originale (cercle central prolongé de 2 fentes) En 1955 la production est confiée à Welta et la fenêtre du télémètre devient rectangulaire.

Meyer Trioplan 2,9/50mm-Vebur 250

CZJ Tessar 2,8/50mm-Vebur 250

 

Belca, CZJ

Belplasca, 1954. Très bel appareil pour la photo stéréo 24x30 sur film 135mm. Le capot est dans la lignée de celui du Beltica 2. Une molette entre les optiques permet le règlage de l’obturateur. Toute une gamme d’accessoires est disponible. Dont un original projecteur, le Belplascus

CZJ Tessar 3,5/37,5mm obturateur 1/200

Belca, CZJ

Belfoca, 1950. Folding 120 classique à viseur cadre. Certains sont bi-formats. Il est à noter une similitude de l’offre des obturateurs avec les Ercona.

Bonotar 4,5/ Priomat 100

Bonotar 4,5/ Tempor 250

Meritar 4,5/ Prontor

Fix Focus, 1950. Modèle identique sans mise au point.

Bonar 6,3/ Binar

Belfoca 2, 1954. Modèle modernisé grâce à un capot recevant le viseur. Commuteur bi-format sur le capot.

Bonotar 4,5/ Junior

Bonotar 4,5/Binar

Méritar 4,5/Tempor 250

Après la guerre l’industrie Allemande de la zone Est, bien que sérieusement endommagée va s’appuyer sur les anciennes versions pour renaitre. chaque marque montrera son savoir faire, sa créativité, et son ingéniosité. Ainsi naitront des appareils originaux et assez étonnants  (Beltica 1, Belplasca, Werra, Tenax…). Malheureusement la rationalisation de l’industrie et la concentration de la production voulues par l’état feront disparaitre ces appareils originaux et attachants.

Belca, CZJ

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Carl Zeiss

Les derniers Contessa, la série S.

La coopération entre Zeiss-ikon et Voigtlander permit de moderniser les compacts de la gamme Contessa.

Les derniers Contessa, la série S.

Ainsi en 1970 fut mis sur le marché Le Contessa S310. C’est un joli petit compact à posemètre CDS, électronique et équipé d’un tessar 2.8/40mm. L’exposition est automatique avec des vitesses allant au 1/500. Le viseur est très complet avec affichage de la vitesse, du diaphragme et de la distance par symboles.

Les derniers Contessa, la série S.

En 1972 une version télémétrique, le s312 vient compléter la gamme. Il est techniquement  identique au S310 mais outre le télémètre possède un pare soleil télescopique et ne porte plus le nom de Contessa.

Le S310 demeure assez courant et avait débuté une carrière prometteuse. Le S312 lui est assez rare puisque lancé l’année de l’arrêt de la production Zeiss-Ikon. Sa commercialisation sera donc peu promue et l’annonce de la fin de la firme ne poussera pas les acheteurs vers lui.

Les derniers Contessa, la série S.

Le S312 qui était produit en parallèle chez Voigtlander restera sur le marché sous le nom de VF101. Seule l’esthétique est un peu différente et l’objectif prend le nom de Skoparex 2.8/40mm. Il existe une version noire, destinée à l’export.

Les derniers Contessa, la série S.

Cet appareil, avec le recul, apparait bien né, solide, et fiable. Il demeure utilisable comme bon nombre des petits télémétriques de cette époque mais se distingue par sa superbe optique et une compacité très moderne.

Il demeure « Le rapide parmi les compacts » vanté par le catalogue de 1970 !

Les derniers Contessa, la série S.

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Zeiss-Ikon

CZJ, Jenaflex

Durant les années 80 quelques appareils du « VEB Carl Zeiss Jena » (regroupement de Pentacon et de CZJ) furent commercialisés en Angleterre sous le nom de Jenaflex. Ils reçoivent un logo Carl Zeiss Jena en façade et des optiques Prakticar CZJ. Ce petit tour de passe-passe de l’importateur permet de vendre des appareils de la série Praktica B avec un nom illustre. Il est à noter que ces appareils seront produits à l’époque ou Zeiss s’associait à Kyocéra pour produire le Contax et l’équiper d’optiques Zeiss.

Deux boitiers Jenaflex seront produits entre 1985 et 1989. Ils se vendront à quelques milliers d’exemplaires.

Jenaflex AM1 première série

Jenaflex AM1 première série

Jenaflex AM1 seconde série gold

Jenaflex AM1 seconde série gold

Jenaflex AM1 :1985-C’est un boitier Praktica BC1 équipé d’une poignée grip, d’un marquage CZJ dans le cuir de façade. Il conserve les caractéristiques techniques du BC1 : Appareil à automatisme débrayable, rideau métal 1/1000 ; mesure TTL, viseur 95%, motorisable, synchro 1/60. Affichage des vitesses et de la sur ou sous exposition par led dans le viseur ainsi que du diaphragme.

Jenaflex AC1 seconde série Gold

Jenaflex AC1 seconde série Gold

Jenaflex AC1 :1987-C’est un boitier Praktica BCA équipé d’une poignée grip, d’un marquage CZJ dans le cuir de façade. Identique techniquement au AM1 mais entièrement automatique. Affichage par led dans le viseur (sur ex, sous ex, flash, 1/60/1000 et rappel du diaph

Par la suite, toujours pour le marché anglais deux autres boitiers recevront le logo CZJ en façade mais s’appelleront Praktica.

Publicité Praktica BCC et BCS avec logo CZJ

Publicité Praktica BCC et BCS avec logo CZJ

Praktica BCC : 1989- Appareil extérieurement identique au Jenaflex AC1 avec Carl Zeiss Jena en façade dans la cuirette mais sans le grip. Mécanique simplifiée : Pas de rappel de l’ouverture, pas de prise moteur, pas de retardateur.

Praktica BCS : 1989- Identique au BCC mais avec retardateur.

CZJ Prakticar

CZJ Prakticar

CZJ Prakticar

CZJ Prakticar

Les objectifs Pentacon  Prakticar sont des Pentacon (Meyer…) renommés. Par contre les Prakticar Carl Zeiss sont de véritables optiques d’origine Zeiss reprenant la construction des Flektogon, Sonnar, Pancolar et sonrt donc à ce titre de très bonnes optiques. Le Prakticar 1,4/50mm est le plus lumineux et donne d’excellents résultats (1)

La passage des années 90 marquent la fin de la puissance Pentacon. Les optiques Prakticar Carl Zeiss Jena des Jenaflex seront parmi les dernières fabriquées en Allemagne. Sigma sera sollicité pour la fourniture de zoom de qualité (ce qui ne sera plus le cas à l’époque du BX20. Par la suite la sous-traitance des optiques CZJ et Meyer se fera en Roumanie et Corée. Dans les années 90 une série de Jenazoom et Jenazoom 2 sera fabriquée sous licence au Japon (Sigma certainement) en tant qu’optiques adaptables à de nombreuses montures dont …la Praktica B.

Jenazoom 1 et 2

Jenazoom 1 et 2

Liste non exhaustive de Jenazoom. (Garanties à vie et dont la carte est ornée du portrait de Carl Zeiss)

Jenazoom

24mm2,8/28mm2,8/28-70mm4,5/28-45mm4,5/28-135mm5,6/28-200mm3,8-5,4/70-210mm2,8-4/70-210mm4,5-5,6/75-300mm4,5-5,6/35-70mm3,5-4,5/80-200mm4,5-5,6/100-500mm5,6.

Jenazoom 2

28-85mm4-5,6/35-200mm4-5,6/35-70mm3,5-4,8/70-200mm4,5-5,6/75-300mm4,5-5,6/28-200mm3,5-5,6

Jenazoom super AF

75-200mm3,8/70-210mm4,5-5,6/28-70mm3,5-4,5/75-300mm4,5/400mm5,6

(1) Je projette de réaliser un comparatif Prakticar CZJ 1,4/50mm/Planar 1,4/50mm Zeiss Contax/Voigtlander Color Ultron 55mm-1,4/Asahi Pentax Takumar 50-1,4, montés sur un Canon 70D

Notice Jenazoom CZJ

Notice Jenazoom CZJ

Praktica BC1 qui a servi de base au Jenaflex AM1

Praktica BC1 qui a servi de base au Jenaflex AM1

Praktica BCA qui a servi de base au Jenaflex AC1. Optique Zoom Pentacon Prakticar d'origine Sigma

Praktica BCA qui a servi de base au Jenaflex AC1. Optique Zoom Pentacon Prakticar d'origine Sigma

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr

Voigtlander, Ultramatic

En 1961, Voigtlander prolonge l’offre du Bessamatic avec un appareil réflex pouvant travailler en automatique : l’Ultramatic. Le boitier est imposant mais adopte des lignes plus douces et très modernes . Les boutons du capot sont affleurant. Techniquement c’est le must de son époque : position automatique, affichage des diaphragmes et de la vitesse dans le viseur, miroir à retour rapide…De plus il reçoit toute une gamme d’accessoires et d’objectifs dont le Septon 2/50 et le Zoomar qui font rêver tous les amateurs de l’époque. Il existe deux versions de l’ultramatic.

Ultramatic et Septon 2/50

Ultramatic et Septon 2/50

Ultramatic ,1961 : Synchro Compur 500, cellule sélénium couplée, automatisme à priorité vitesse. Retour rapide du miroir. Affichage de la vitesse, du mode et du diaphragme dans le viseur. Dépoli à champ coupé, compteur de vue sous la semelle, rembobinage par bouton escamotable, repère de type de film. Fabriqué à 35000 exemplaires

Ultramatic CS - Color skopar 2,8/50mm

Ultramatic CS - Color skopar 2,8/50mm

Ultramatic CS,1965 : Synchro Compur 500, cellule CDS couplée, automatisme à priorité vitesse. Pas de retour rapide du miroir Affichage de la vitesse, du mode et du diaphragme dans le viseur. Il existe 2 variantes de l’inscription du nom. Les plus anciens appareils sont notés Ultramatic sur le côté et CS au centre. Les derniers modèles sont noté Ultramatic CS sur la trappe factice du centre. Fabriqué à 10000 exemplaires

Voigtlander, Ultramatic

L’ultramatic reçoit une gamme optique très large qu’il partage avec le Bessamatic. De nombreux accessoires sont aussi disponibles.

Skoparex 3,4/35mm

Skopagon 2/40mm

Color Lanthar 2,8/50mm

Color skopar 2,8/50mm

Septon 2/50mm

Zoomar 2,8/36-82mm

Dynarex 3,4/90mm

Super Dynarex 4/135mm

Super Dynarex 4/200

Super Dynarex 5,6/350mm

Proche du Bessamatic, coûteux et massif l’Ultramatic a eu du mal à faire sa place. Il ne restera au catalogue que 6ans pour une production totale de 45000 exemplaires. En 1966, un Ultramatic CS équipé du Septon coûte le prix d’un Rolleiflex 2,8F ou d’un Leica M3 avec Elmar 2,8

L’Ultramatic est pour moi le symbole de la fin d’une ère, celle de l’appareil mécanique porté à son apogée et à ses ultimes limites. Il est remarquable qu’un appareil puisse être aussi sophistiqué et proposer tant de fonctions  rien que par des couplages mécaniques .C’est pour cela qu’on lui pardonnera d’être si difficile à trouver en état de fonctionnement.

« Ultramatic

Fully automatic »

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Zeiss-Ikon, Kolibri.

Depuis la commercialisation de Leica, le petit format est en vogue. Zeiss-Ikon se doit de réagir. Toutefois la firme n’est pas prête à se lancer dans la commercialisation d’appareils 135mm. Elle propose donc une alternative basée sur le film 127. Afin d’être le fleuron de la gamme comprenant le Baby Box et le Baby Ikonta un boitier d’aspect moderne et novateur est Créé.

Le Kolibri, dont le nom symbolise un objet miniature, est lancé en 1930. Cet appareil se démarque des autres appareils de petit format : Boitier alu gainé cuir, tube rentrant remplaçant le soufflet, formes douces et agréables, viseur à ortie automatique, pied stabilisant, le tout présenté dans un étui rigide au beau design. Les adaptes du modernisme, du petit format et la clientèle féminine sont visés. La publicité ne s’y trompe pas : « Le colibri est un appareil bijou » A noter le C utilisé en France pour désigner l’appareil.

Zeiss-Ikon, Kolibri.

Kolibri 523/18 : 1930. Format 3x4 sur film 127. 16 vues. Avancement par molette, obturateur non couplé, fenêtres inactiques au dos.

Novar 4,5/Telma 100

Tessar 3,5/Compur 300

Tessar 2,8/Compur 300

Biotar 2/Compur 300

Les publicités ne présenteront que le modèle Tessar 3,5, le Novar 4,5 étant une offre plus économique dont l’obturateur Dial est moins moderne d’aspect. La version 2,8 est rare quant au Biotar (dit Kolibri « de nuit » il est rarissime et fort cher.

Kolibri tessar 3,5/Compur

Kolibri tessar 3,5/Compur

A noter qu’il existe un Kolibri modifié pour microscope (il se trouve dans les catalogues spécifiques)

Tarifs 1934 :

Telma 4,5 : 575F

Compur 3,5 : 910F

Compur 2,8 : 1100F

Compur 2 : 1475F

Pour comparaison, en 1935 un vélo « route homme » Peugeot coûtait de 450 à 645 F pour le plus luxueux.

Le Kolibri sera discontinué en 1932 (sortie du Contax sur film 135) et s’écoulera jusqu’en 1935.

Le succès du Kolibri a été assez faible. La raison tient au film 127. Celui-ci, sans perforation et avec un papier de protection, pose des problèmes de planéité surtout pour du ½ format. Un nouveau presse film plus ride améliorera quelque peu les choses. Ce « Leica du pauvre », comme il a été parfois surnommé, est un paradoxe. Il est joli, recherché, apprécié mais n’a pas été à la hauteur des attentes mises en lui.

Il demeure assez rare et surtout difficile à trouver en bon état. Son bloc obturateur, non protégé et dépassant du boitier est souvent usé et sa petite béquille presque toujours manquante.

Kolibri 1930

Kolibri 1930

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr

Eho-Altissa, Altix

De la partition de l’Allemagne émergera un conglomérat, VEB-Pentacon qui regroupera et rationalisera (uniformisera) l’industrie photo de RDA. Parmi les marques qui disparaitront, beaucoup utilisaient des optiques Carl Zeiss Jena. Peu à peu j’ai collecté certains de ces appareils et vais tenter retracer leur histoire. Je ne possède que les Altix équipés de Carl Zeiss.

Eho-Altissa, Altix

Fondée à Dresde en 1904 la marque changera fréquemment de nom (Eho en 1931 puis Altissa en 1941, VEB Altissa en 1953 puis VEB en 1958…avant de disparaitre au nom de la rationalisation au début des années 60. Le modèle le plus célèbre d’avant guerre est le Box à viseur externe, « Altissa »

En 1938 l’Altix premier compact 35mm d’une longue série.  Repris après la guerre  dès 1947 (les usines avaient été détruites) il évoluera jusqu’à la fin des années 50.

Altix : 1938. Format 24x24. Compact à viseur interne. Obturateur 1/150 et objectif fixe Laack Pololyt 3,5/35mm. Platine carrée avec une petite patte verticale portant le nom.

Altix 1 : 1947. Format 24x24. Identique au précédent. Obturateur au 1/150  et objectif Raw Tegonar 3,5/35mm

Altix 2 : 1948. Format 24x24. Produit en très petite quantités. Semble assemblé à partir de stocks. Façade recevant un obturateur RIM Compur. Certains ont la patte Altix, d’autres la façade du 3. Il est possible que ces appareils soient des productions de guerre. Compur rapid et objectif Meyer Méritar 3,5/35mm

Eho-Altissa, Altix

Altix 3 : 1949. Format 24x24. Reçoit un déclencheur sur le capot, une façade sans platine et le nom est gravé en demi cercle au dessus de l’obturateur. Obturateur Cludor.                                 -Raw ou Laack Tégonar3,5/35mmn,Novonar 3,5/35mm,Tessar 3,5/35mm

Altix 3 : 1950. Format 24x36. Passage au plein format. Certains modèles reçoivent une griffe porte accessoire. Obturateur Cludor                                                                                     -Meyer Primotar 2,7/50mm, Ludwig Méritar 2,9/50mm                                                                                                       

Eho-Altissa, Altix

 Altix 4 : 1952. Format 24x36. Déclencheur sur le capot, griffe porte accessoire, nom est gravé (2 variantes)  en sur le méplat du capot. Obturateur Cludor puis Vébur

-Meyer Trioplan  2,9/50mm, Tessar 3,5/50mm, Tessar 2,8/50mm

Une Altix 4 sera commercialisé à l’exportation par Perlees (USA) sous le nom de Classic 35.

Eho-Altissa, Altix

Altix 5 : 1956 . Format 24x36. Identique au  4 mais recevant des objectifs interchangeables et un retardateur. Tempor 250 ou Prontor SVS. Le boitier existe (très rarement) en couleur (brun, vert, rouge, bleu)                                                                                                                              -Meyer Trioplan  2,9/50mm, Ludwig Méritar 2,9/50mm, Tessar 2,8/50mm

Eho-Altissa, Altix

Des optiques complémentaires sont disponibles et accompagnées d’un viseur externe spécifique.                                                                                                                                        –Meyer Telemegor   4,5/90mm, Meyer Primagon 4,5/35mm                                                                                                                                    

Eho-Altissa, Altix

Altix N : 1957.  Format 24x36. Boitier redessiné recevant un levier d’avance rapide et un nouveau compteur. Le viseur est agrandi et entièrement intégré dans le capot. Obturateur Tempor 250.                                                                                                                            –Jena T (ou Tessar) 2,8/50mm

Peut recevoir :                                                                                                                                  – Meyer Telefogar 3,5/90mm et MeyerPrimagon 4/35mm

Eho-Altissa, Altix

 Altix N : 1959. Seconde version avec un disque mémo sur le capot, viseur plus large et report du nom sur la face avant.                                                                                                          -Jena T (ou Tessar) 2,8/50mm

Peut recevoir :                                                                                                                       –Meyer Telefogar   3,5/90mm  et Meyer Primagon 4/35mm                                                                                

Eho-Altissa, Altix

Altix NB : 1957.  Conçu sur la base du N, il reçoit une cellule non couplée sur le capot. Celle-ci possède un volet ajourée. Le nom Altix est sous ce volet.                                                       –Jena T (ou Tessar) 2,8/50mm

Peut recevoir : Meyer Telefogar 3,5/90mm et Meyer Primagon  4,5/35mm                                                                                                                                

Altix NB : 1959.  La cellule non couplée est intégrée dans le capot. Le volet reçoit le nom de l’appareil. Viseur agrandi recevant des cadres de visée.

Un Altix télémétrique a été conçu mais n’a pas dépassé le stade de la présérie. Quelques exemplaires survivraient… Des Altix pour microscope ont été fabriqués. Des appareils sous licences*, fabriqués en Yougoslavie (ZRAK) et en Roumanie (IOR) complètent la production des Altix.

Les Altix ne coûtent pas cher et sont des appareils lourds, assez bien finis et robustes. Les nombreuses versions, variantes et versions 2 ont font un vaste sujet de collection. Par contre la documentation est rare.

*Les versions exports ou sous licence reçoivent des appellations, des modifications ou des améliorations.

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Carl Zeiss

Zeiss-Ikon, Moviflex.

Parallèlement aux caméras Movikon qui s’adressent à un public amateur fortuné, Zeiss Ikon met en vente une nouvelle caméra destinée aux cinéastes experts (et fortunés) : La Moviflex Super.

Une Moviflex massive, lourde, recevant les innovations les plus récentes. Visée réflexe avec zoom électrique, diaphragme électrique pour une exposition automatique, Moteur à pile…un must.

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex Super : 1963/1964. Caméra 8mm réflexe. Objectif Vario Sonnar 1,9/7,5-30. Vitesses de 16 à 48 images /seconde et vue à vue. Moteur électrique, diaphragme automatique, sensibilité de 11 à32 asa avec correction d’exposition. prise de télécommande….2,1Kg

Prix en 1964 : 3455 francs soit 1 Contarex avec 2/25mm, sachant qu’une 2cv Citroën coûtait 5300 francs.

Zeiss-Ikon, Moviflex.

En 1965 Kodak révolutionne le monde du cinéma amateur en mettant sur le marché le Super8 (plus de surface sensible et cassette de chargement plein jour). Ce nouveau format signe l’arrêt de mort du 8mm et se ses caméras.

Zeiss Ikon attendra 2 ans pour présenter son nouveau modèle adapté au Super8. La…Moviflex. Moderne, plus conventionnelle dans son dessin elle sera déclinée en plusieurs versions afin de satisfaire tous les cinéastes. Elle évoluera jusqu’en 1972 et il semble que les usines de Kiel aient continué la production après l’arrêt de Zeiss-Ikon photo.

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex Super 8 auto: 1966. Caméra S8 réflexe. Objectif Vario Sonnar 1,9/9-36. 18/24 images/seconde et vue à vue. Moteur électrique, diaphragme automatique, sensibilité de 12 à100 asa. Alimentation par pile. 

Prix en 1968 :Moviflex super8 :$279, Contaflex superBC :$229                                   

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex ES8 electro: 1968. Caméra S8 réflexe. Version simplifiée de la Super 8. Objectif Vario Sonnar 1,9/9-36. 18 images/seconde et vue à vue. Moteur électrique, diaphragme automatique, sensibilité de 24 à40 asa. Alimentation par pile. 

 

 

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex MS8 electro: 1968. Caméra S8 réflexe. Remplace la Moviflex super 8. Objectif Vario Sonnar 1,9/9-36. 18/24 images/seconde et vue à vue. Moteur électrique, Cellule CDS, diaphragme automatique, sensibilité de 12 à100 asa. Alimentation par pile.  Prix 1971 : 1250f

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex GS8 electro: 1969. Caméra S8 réflexe. Version haut de gamme. Objectif Vario Sonnar 1,9/6-60. 18/24/54 images/seconde et vue à vue. Moteur électrique, Cellule CDS, diaphragme automatique, sensibilité de 25 à250 asa. Alimentation par pile.  Existe une version Synchro permettant d’utiliser un magnétophone synchronisé. Prix 1971 : 2350f (comme un Nikon F+1,4/50mm)

 

 

Zeiss-Ikon, Moviflex.

En 1971 la gamme est modernisée et une nouvelle caméra compacte rejoint la gamme classique.

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex M803 electro: 1971. Caméra S8 réflexe. Version super compacte. Objectif Vario Sonnar 1,9/12-30. Cellule CDS automatique. 18 images/seconde. Poignée ajourée repliable. (122x36x103mm)

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex M808 electro: 1971. Caméra S8 réflexe. Version grand angle. Objectif Moviflex Variogon 1,8/7-56. (origine Schneider) Touche fondu.  Ralenti, 18-24-54 image/secondes. Cellule CDS. Prix 1971 :1540f

Zeiss-Ikon, Moviflex.
Zeiss-Ikon, Moviflex.

Moviflex M811 electro: 1971. Caméra S8 réflexe. Version télé 11x. Objectif Moviflex Variogon 1,8/7-80. (origine Schneider) Ralenti, 18-24-54 image/secondes et ralenti. Cellule CDS, fondu…

Zeiss-Ikon, Moviflex.

De nouveaux accessoires et matériels accompagnent la gamme des Moviflex. Projecteurs Movilux P880 et P890 sonore, torche Movilum 2, colleuse à coupe fendue Movipress, miroir d’angle, magnetophone synchro Movophon, banc de montage Moviscop S8…

Zeiss-Ikon, Moviflex.

Ces caméras sont de beaux objets, très bien finis et possédant des optiques de qualités. Elles ont été des bijoux de technologie même si aujourd’hui elles semblent énormes et bien complexes. Elles sont peu recherchées et pour quelques euros il est facile de s’offrir et de préserver une de ces belles machines.

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Zeiss-Ikon

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

Hébergé par Overblog