Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de fotobox.over-blog.fr

1 2 3 > >>

Articles avec #voigtlander

Voigtlander, Ultramatic

En 1961, Voigtlander prolonge l’offre du Bessamatic avec un appareil réflex pouvant travailler en automatique : l’Ultramatic. Le boitier est imposant mais adopte des lignes plus douces et très modernes . Les boutons du capot sont affleurant. Techniquement c’est le must de son époque : position automatique, affichage des diaphragmes et de la vitesse dans le viseur, miroir à retour rapide…De plus il reçoit toute une gamme d’accessoires et d’objectifs dont le Septon 2/50 et le Zoomar qui font rêver tous les amateurs de l’époque. Il existe deux versions de l’ultramatic.

Ultramatic et Septon 2/50

Ultramatic et Septon 2/50

Ultramatic ,1961 : Synchro Compur 500, cellule sélénium couplée, automatisme à priorité vitesse. Retour rapide du miroir. Affichage de la vitesse, du mode et du diaphragme dans le viseur. Dépoli à champ coupé, compteur de vue sous la semelle, rembobinage par bouton escamotable, repère de type de film. Fabriqué à 35000 exemplaires

Ultramatic CS - Color skopar 2,8/50mm

Ultramatic CS - Color skopar 2,8/50mm

Ultramatic CS,1965 : Synchro Compur 500, cellule CDS couplée, automatisme à priorité vitesse. Pas de retour rapide du miroir Affichage de la vitesse, du mode et du diaphragme dans le viseur. Il existe 2 variantes de l’inscription du nom. Les plus anciens appareils sont notés Ultramatic sur le côté et CS au centre. Les derniers modèles sont noté Ultramatic CS sur la trappe factice du centre. Fabriqué à 10000 exemplaires

Voigtlander, Ultramatic

L’ultramatic reçoit une gamme optique très large qu’il partage avec le Bessamatic. De nombreux accessoires sont aussi disponibles.

Skoparex 3,4/35mm

Skopagon 2/40mm

Color Lanthar 2,8/50mm

Color skopar 2,8/50mm

Septon 2/50mm

Zoomar 2,8/36-82mm

Dynarex 3,4/90mm

Super Dynarex 4/135mm

Super Dynarex 4/200

Super Dynarex 5,6/350mm

Proche du Bessamatic, coûteux et massif l’Ultramatic a eu du mal à faire sa place. Il ne restera au catalogue que 6ans pour une production totale de 45000 exemplaires. En 1966, un Ultramatic CS équipé du Septon coûte le prix d’un Rolleiflex 2,8F ou d’un Leica M3 avec Elmar 2,8

L’Ultramatic est pour moi le symbole de la fin d’une ère, celle de l’appareil mécanique porté à son apogée et à ses ultimes limites. Il est remarquable qu’un appareil puisse être aussi sophistiqué et proposer tant de fonctions  rien que par des couplages mécaniques .C’est pour cela qu’on lui pardonnera d’être si difficile à trouver en état de fonctionnement.

« Ultramatic

Fully automatic »

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, Vitomatic 1965-1968

Voigtlander décide en 1965 de donner un aspect plus moderne à ses Vitomatic et de les rendre esthétiquement plus proches de la gamme des Vito C. Le déclencheur est en façade, une grande vitre recouvre le viseur, la cellule et le télémètre, le capot reçoit une manivelle de rembobinage et un cache circulaire transparent faisant rétro éclairage du rappel de la cellule.

Mécaniquement peu de changements. La gamme comporte 3 modèles.

vitomatic 1b

vitomatic 1b

Le Vitomatic Ib, équipé du Prontor SLK 500 et du Skopar 2.8, il reçoit la cellule couplée avec réglage dans le viseur et rappel des vitesses.

Vitomatic 2b

Vitomatic 2b

Le Vitomatic IIb reçoit la même monte d’objectif et d’obturateur mais outre la cellule et les vitesses le viseur abrite un télémètre couplé.

Vitomatic 3b

Vitomatic 3b

Le Vitomatic IIIb est identique au modèle IIb mais reçoit le magnifique Ultron 2/50, ce qui en fait le fleuron de la gamme.

En 1966 le posemètre au sélénium est remplacé par une cellule CDS plus fiable et constante. Ce type de cellule nécessitant une pile, celle-ci prend place dans le cache transparent du capot. Les appellations changent mais l’esthétique et les caractéristiques demeurent les mêmes.

Vitomatic 1cs

Vitomatic 1cs

Vitomatic Ics : Equipé du Skopar 2.8 sur Prontor SLK 500. La cellule CDS est couplée avec rappel de la vitesse et du diaphragme dans le viseur.

Vitomatic 2cs

Vitomatic 2cs

Vitomatic IIcs : Identique au Ics mais avec un télémètre couplé.

Vitomatic 3cs

Vitomatic 3cs

Vitomatic IIIcs : Il reprend les caractéristiques du IIcs avec cellule et télémètre couplé mais reçoit un Ultron 2/50 monté sur le Prontor SLK500. Environ 4000exemplaires ont été produits.

La série des CS aura une courte carrière et seront peu produits. Ils sont donc difficiles à trouver aujourd’hui. De plus la pile a bien souvent été oubliée dans son logement et a brûlé les contacts.

Lorsque l’on a la chance de trouver un IICS ou surtout un IIIcs avec son Ultron on est surpris par la qualité des matériaux et de la fabrication de ces petites merveilles toutes mécaniques.

« Vitomatic,  Témoin des progrès réalisés dans la construction d’appareils photographiques* »

*Dépliant « l’assortiment des appareils voigtlander »

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, VSL 43

Le nom de cet appareil s’inscrit dans la lignée des VSL de la fin des années 70, fabriqués par Rollei et descendants des Zeiss Ikon. Toutefois il n’a aucun rapport avec eux et n’a été commercialisé qu’en 2006. Son histoire est tout de même intéressante et croise celle des Bessa de Voigtlander et Zeiss Ikon des années 2000.

Lorsque Ringfoto, distributeur Voigtlander, passe des accords avec Cosina le but est de produire des appareils spécifiques à la marque. Cela n’empêche nullement la commercialisation de compacts, d’origine divers et nommés Voigtlander. Cosina n’a jamais réussi, ou souhaiter devenir un constructeur de premier plan. Il a toutefois fourni un grand nombre d’appareils aux plus grandes marques, sous diverses montures et apparences. Ainsi le Cosina CT1 servira de base à beaucoup d’appareils*, dont des Voigtlander. Il évoluera en devenant CS1 ou VSL 43 (mais aussi Nikon FM10, Canon T60, Vivitar V2000 …)

Pour résumer, la même base de Cosina a permis de faire naitre les Bessa L, les série R et T grâce à l’ajout d’un télémètre, les Zeiss Ikon ZM, l’Epson RD1 numérique, les Bessaflex et le VSL 43. Bien entendu des différences de traitement, de finitions, de dessin et de conception sont notables, mais la base demeure la même. On retrouve le système de plateformes de l’automobile.

Voigtlander, VSL 43

Spécifications : Appareil 135mm en polycarbonate à monture K. Affichage des vitesses par led dans le viseur + mode, flash et B. sur ex et sous ex par clignotement. Retardateur électronique. Obturateur ½ à 1/2000 en manuel et 8sec à 1/3000 en mode auto synchro 1/60. Automatisme ouverture et manuel, pas de codage Iso. Sensibilité 25 iso à 1600 iso. Made in Japan.

Cet appareil apparu très tardivement (2006) et commercialisé par « photo Village NY » était prévu comme appareil école. Je pense qu’il a surtout permis de monter d’excellentes optique Pentax sur un boitier moderne, peu cher et au nom prestigieux. (Braun fera de même avec un appareil à monture Contax/Yashica…fabriqué par Cosina) Visiblement le VSL 43 est assez rare.

*Le CT1 donnera naissance à des : Argus, Bauer, Carena, Chinon, Cosina, Elicar, Exakta, Haking, Haminex, Kenlock, Miranda, Nikon, Olympus, Panagor, Pentax P30, Petri, Prinzflex, Quantary, Ricoh, Sears, Seimax, Topcon, Vivitar, Yashica, Zodel…et bien d’autres.

Voigtlander, VSL 43

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, les modernes.

En 1982, Rollei confie la vente de ses Voigtlander à Fotoplus, distributeur allemand. Cette société fera fabriquer à partir de 1987 des appareils par Ricoh, Chinon (et peut être d’autres). Les formats 135, APS et même Disc seront commercialisés.

Nous entrons dans l’ère du « naming ». Ces appareils, compacts, badgés Voigtlander,  se voient attribuer des noms classiques de la firme. Les optiques reçoivent elles aussi aussi des appellations flatteuses.

En 1997, Ringfoto, chaine de magasins spécialisés dans l’image reprend la distribution. Cette chaine comme Porst ou Quelle vend des appareils et objectifs sous son nom.  En association avec Cosina seront produits les Bessa. Paralement toute une série de compact, argentiques, puis numériques seront produits par divers fabriquants ou sous traitants de marques célèbres (samsung,…) et vendus sous le nom Voigtlander. Il est possible de retrouver ces appareils avec divers nom (exemple le Brillant AF existe aussi sous le nom de Olympus AF-10XB)  Comme auparavant modèles et optiques reçoivent les noms classiques. En ce sens ils font partie de la lignée des Voigtlander.

Bien entendu Ringfoto a su prendre le virage du numérique. Un grand nombre d'appareils digitaux sont présents dans ses catalogues depuis le début des années 2000. Leur origine est bien difficile à cerner. Même si l'on sait que la vénérable firme n'a aucun rapport avec l'évolution actuelle de la photo, il est amusant de pouvoir obtenir des images numériques avec des Voigtländer !

Les modèles présentés ne sont qu’une partie de ceux produits. Je complèterai cette série à mesure de mes découvertes.

Brillant AF motor

vers 2000. Obturateur 1/100. 30mm/5,6. 3 lentilles en 3 groupes. Avancement motorisé automatique. Falsh auto, fill in ou interdit. Mise au point 1,5m à l'infini. .

AFmotor gris foncé

AFmotor gris foncé

AFmotor bleu (série spéciale pour l'Allemagne)

AFmotor bleu (série spéciale pour l'Allemagne)

Brillant AF1

vers 2001. Obturateur 1/100. 30mm/5,6

AF1 gris

AF1 gris

AF1 champagne

AF1 champagne

AF1 rouge

AF1 rouge

AF1 bleu

AF1 bleu

. 3

Brillant AF zoom

vers 200. Zommar 18/56

Brillant zoom

Brillant zoom

Dynalux 120 et 80

Identiques aux Olympus Accura view Zoom.

vers 1997. Zoomar 38/120.F=3,7/10,8. 7 éléments en 6 groupes.  Viseur brillant avec mire AF

Vers 1997. Zoomar 38/80. Viseur brillant avaec mire AF

Dynalux 120

Dynalux 120

Dynalux 80

Dynalux 80

Dynamatic 200TX

vers 1998. Compact APS- 3 formats. zoom 38/60

Dynamatic 200TX

Dynamatic 200TX

Virtus 200

Vers 1995. Compact APS, version luxe. Panneau de commande au dos. Zoomar 28/56

Virtus 200

Virtus 200

Virtus 200 dos

Virtus 200 dos

Vitessa FM

vers 1990. oturateur electro 1/250. Voigtar 4/35

Vitessa FM

Vitessa FM

Vitessa 70

vers 2002. Electro 1/250. Zoomar 5,5/9,5-35/70

Vitessa 70

Vitessa 70

Vitessa D 120 QD

vers 2000. Obturateur electro 1/400. Zoomar 4,5/13-38/120. Dos dateur

Vitessa D 1230 QD

Vitessa D 1230 QD

Vito AF

vers 1987. Electro 1/500- Voigtar 3,5/35

Vito AF

Vito AF

Vito C-AF

vers 1990. Electro 1/300- Voigtar 3,5/35. Identique au Rollei Prego AF fait par Samsung Af mini

Vito C-AF

Vito C-AF

Vito TF

vers 1988. Electro 1/500- Skopar 2,8-5,6/35-70.

Vito TF

Vito TF

Vito 60

vers 1999. Electro 1/300- Skoparon 38/60. Appareil autofocus, automatique, flash auto, codage DX, écran. Finition champagne
Voigtlander Germany

Vito 60

Vito 60

Vito 70C

vers 1999. Electro 1/300- Zoomar 35/70. Appareil autofocus, automatique, flash auto, codage DX, écran, retard, modes Finition champagne

Vito 70C

Vito 70C

Vito 112

vers 1998. Electro 1/300- Zoomar 38/112

Vito 112

Vito 112

Vito 145

vers 1998. Electro 1/300- Super Zoomar 3,7-11/38-145.Position macro. Tout auto, modes flash, tempo, retard, mode panorama, multi af, mesure spot...

Vito 145

Vito 145

Vito 700

Après 2000. Zoomar F=5,2-9,8; 35-70mm. Obturateur 1/300. AF, Exposition Ae, retardateur, LCD. Vendu 98€ en Allemagne

Vito 700

Vito 700

Vitomatic 140

vers 2003. Electro 1/300- zoom Lanthar 3,8-14/38-140.Appareil automatique, autofocus, 5 zones, modes, flash auto, DX...
Finition champagne

Vitomatic 140

Vitomatic 140

Vitoret M

Vers 1987

Voigtar 3,8/35mm. Obturateur 1/30 au 1/250. Origine Chinon. (esthétiquement identique au Vitessa AF)

Voigtar 3,8/35mm. Obturateur 1/30 au 1/250. Origine Chinon. (esthétiquement identique au Vitessa AF)

Vitoret M

Vers 1988

Obturateur 1/205 - Lanthar 3,9/35mm. AF et flash auto

Obturateur 1/205 - Lanthar 3,9/35mm. AF et flash auto

Vitoret AFP

vers 2001.

Vitoret AFP

Vitoret AFP

Vitoret AFP Deluxe

vers 2001.

Vitoret AFP deluxe

Vitoret AFP deluxe

Vitoret AF 35/70

vers 2001. Electro 250. Zoomar 35/70. Compact zoom AF. tout auto.Bouton power. Petit écran sur le dessus. Divers modes flash

Vitoret AF 35/70

Vitoret AF 35/70

Vitoret AF 35/80

vers 2001. Electro 250. Zoomar 4,2-8,7/35-80. Compact zoom AF. tout auto.Bouton power. Petit écran sur le dessus. Divers modes flash

Vitoret AF 35/80

Vitoret AF 35/80

Vitoret 105

vers 2000

Zoomar 35/105 (5/12,9). 1/3 au 1/300°. 6 elements 5 groupes.

Zoomar 35/105 (5/12,9). 1/3 au 1/300°. 6 elements 5 groupes.

Vitoret 150 QD

vers 2002

Zoomar 25/150mm. Date

Zoomar 25/150mm. Date

X 120

vers 2010. Digital Camera 12 MP. elect. 1/2 à 1/1000 Zoomar 3x 2,9/6,4 - 35/105.  3968x2976 + vidéo. Carte SD. Ecran 2,7, multimodes. Iso 400max, memoire interne 32MO
Voigtlander Germany

x 120

x 120

Il est très difficile de trouver des catalogues et documents sur ces appareils. Beaucoup se déclinent avec des différences minimes (Vito 60_70-70c-112…). En France Phox en a vendu certains, mais c’est en Allemagne qu’ils sont le plus courant. Pour beaucoup ils ne se démarquent pas des compacts de l’époque. Il est à noter toutefois que, sauf les appareils à prix d’appel, ils sont bien conçus et bien finis. Les collectionner n’est pas coûteux et assez amusant : Ils sont variés et trouver des renseignements ou leur origine est une vraie quête !

Je suis donc preneur de tous renseignements, scans et autres photos de catalogues…

fotobox.fr@gmail.com

Voigtlander, les modernes.

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, Jubilar

En 1931, Voigtlander fête les 175 ans de son existence. (Création par Johann Voigtlander en 1756 à Vienne) Afin de célébrer ce jubilé, un appareil commémoratif est proposé : le Jubilar. Ce folding très simple est issu de la gamme Bessa (compas avant allégés). A mon avis l’idée de la firme était de populariser la firme d’où le choix d’un modèle bon marché et donc largement distribuer (80000exemplaires). En 1932 le Jubilar se vend 190F et le Bessa 6,3 vaut 310F.

Voigtlander, Jubilar

Jubilar : 1931-1934. Folding 6x9 à ouverture automatique. Obturateur Singlo 1/50 et objectif Voigtar 9/105mm. Mise au point à l’aide de 2 repères (2,5m et infini). Viseur clair uniquement.

Le Jubilar n’est pas vraiment rare mais comme souvent avec les appareils peu prestigieux il n’a pas toujours été l’objet de beaucoup de soin dans sa conservation. Toutefois il était fabriqué avec soin et les matériaux utilisés vieillissent bien. Avec un peu de patience on peut donc s’offrir un joli petit Jubilar, unique…dans sa gamme.

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, Inos.

Il existe 2 versions du Inos, qui ont peu à voir entre elles. La première, très proche de la série des Roll-film est un folding de type ancien dont l’ouverture est manuelle. Le second garde le même design mais est un appareil très original à ouverture automatique. Voigtlander, toujours à la recherche de modernisme a mis au point un système sophistiqué. Reconnaissable à ses gros boutons sur le côté, ce mécanisme équipera les appareils Virtus, Prominent, Perkéo et un Bessa. Lors de l’ouverture, la mise en batterie est effectuée par un tendeur qui entraine une chaine et se verrouille grâce à une tige articulée. Il est possible à l’aide de la molette de mise au point de prérégler la distance avant l’ouverture. Celle-ci sera conservée et l’appareil prêt à prendre le cliché dès l’ouverture effectuée.

Inos 6,5x11. Skopar 4,5/Compur 250

Inos 6,5x11. Skopar 4,5/Compur 250

Inos : 1930. Format 6x9. Appareil de conception classique. Ouverture manuelle. Mise au point par tirage radial. Viseur cadre à double repère et prisme. L’originalité de l’Inos vient de sa possibilité d’obtenir un format « Vest Pocket » grâce à un cache. Ce presque ½ format (4,3x5,5) outre le fait qu’il permet d’obtenir 12 vues au lieu de 6, transforme l’objectif en téléobjectif idéal pour les portraits. Cet appareil est peu courant.

Skopar 4,5/Embezet ou Compur

Héliar/Compur

Inos II 6,5x11: Skopar 4,8/Embezet et Skopar 4,8/Compur
Inos II 6,5x11: Skopar 4,8/Embezet et Skopar 4,8/Compur

Inos II 6,5x11: Skopar 4,8/Embezet et Skopar 4,8/Compur

Inos II : 1933. Format 6x9 ou 6,5x11. L’originalité de l’appareil vient de son système d’ouverture automatique et de sa mise au point appareil non ouvert. Un système permet d’évacuer l’air qui est comprimé lors de l’ouverture du soufflet. L’Inos II, coûteux et complexe à produire sera fabriqué à environ 80000 exemplaires mais sa carrière sera courte (2ans environ).

Format 6x9 : Objectif 4,5/105mm

Skopar 4,5/Embezet ou Compur

Héliar/Compur

Format 6,5x11 : Objectif 4,8/118mm

Skopar 4,8/Embezet ou Compur

Héliar/Compur

Les Inos ne sont pas des appareils courants. Si le 1 ne se distingue que par sa construction soignée, le II est bien plus intéressant. Son système à chaine et molettes externes, montre à quel point les ingénieurs Voigtlander étaient novateurs. La construction est tellement soignée que le système demeure opérant 80 ans après. Un bel objet aux qualités mécaniques hors normes.

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, Baby bessa. (MAJ fev 2017)

Voigtlander, devant le succès grandissant des formats inférieurs aux 6x9, popularisés par Rolleiflex, va mettre sur le marché deux nouveaux boitiers. Ceux-ci vont s’inscrire dans la ligné du bessa, dont ils reprendront les recettes qui ont fait son succès. Le « Bessa miniature »( Baby bessa ou Klein Bessa, selon les pays) aura pour dénomination officielle Bessa 66 pour le format 6x6 et Bessa 46 pour le format 4,5x6. Ces appareils seront déclinés sous deux apparences. Une Deluxe avec capot intégrant le viseur et une de base avec viseur cadre. De nombreuses versions existeront de 1938 à 1951 ou le Perkéo prendra la relève.

1938-1943

Voigtlander, Baby bessa. (MAJ fev 2017)

Version viseur cadre : Boitier à ouverture automatique avec déclencheur par gâchette escamotable dans l’abattant. Filtre pivotant sur l’objectif. Sur le capot se trouve un viseur cadre, un joli disque tournant pour l’affichage de la profondeur de champ et la molette de rembobinage. Une longue patte articulée se trouve sous la semelle afin de poser l’appareil. En 1941 le viseur devient optique.

-Voigtar 3,5 / prontor II ou Compur

Bessa 66 et bessa 46
Bessa 66 et bessa 46

Bessa 66 et bessa 46

Version Deluxe : Appareil identique au précédent mais recevant un capot intégrant le viseur et un bouton de rembobinage plus moderne. Le disque de profondeur de champ prend place sous la semelle. Modifications mineures en 1940 (tirette de compteur et de double exposition regroupées à l’arrière du capot)

-Voigtar 3,5 / Compur ou Compur rapid -Skopar 3,5 / Compur -Héliar 3,5 / Compur rapid

1945-1948

Version 1947. 3,5 Skopar et Compur rapid 500

Version 1947. 3,5 Skopar et Compur rapid 500

 

 

Version viseur cadre : Pas de changement notable, si ce n’est l’abandon du filtre à demeure et l’arrivée du vaskar. En 1948 la molette de bobinage est mofifiée.

-Vaskar 4,5 / Prontor S

-Voigtar 3,5 / Prontor II ou compur

-Skopar 3,5/Compur rapid

Voigtlander, Baby bessa. (MAJ fev 2017)

Version Deluxe : Pas de changement sauf la disparition du filtre. Ce modèle est certainement assemblé à partir de stocks et sera retiré du catalogue vers 1946/1947

-Voigtar 3,5 / compur rapid

1948-1951

Voigtlander, Baby bessa. (MAJ fev 2017)

Version viseur cadre : Modification du bouton de rembobinage et apparition d’un système d’adaptation de griffe porte accessoires.

-Vaskar 4,5 / Prontor S-Skopar 3,5 / Compur rapid

A noter l’existence d’un Bessa 466, bi format (4,5x6 et 6x6) bâti sur le modèle deluxe avec doble compteur de vues et commande de changement de format sur le capot. Produit à moins de 500 exemplaires vers 1940 : Comme le monstre du Lock Ness, peu l’ont vu !

-Voigtar 3,5/ Compur rapid-Héliar 3,5 / Compur rapid

Bien conçu, bien construit et recevant d’excellentes optiques le Baby bessa a beaucoup de qualités. Il est beaucoup moins courant que le modèle 6x9 et les beaux modèles sont assez chers. Il est difficile de trouver complètes les versions à filtre jaune (charnière bien souvent cassée)

Choisir un Bessa 66 ou 46 de dernière génération avec un color Skopar sur Compur rapid ou un Deluxe de 1939 permet d’intégrer le club du moyen format de façon originale et …compacte. De plus les images n’auront rien à envier à celle d’un réflex plus réputé.

« The new Voigtlander baby bessa,is an infant prodigy » 1939

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, Bessa.

Le Bessa est l’appareil le plus populaire et le plus courant des Voigtlander. Il a beaucoup évolué au cours de sa vingtaine d’années de production. Il en existe donc de nombreuses versions.

Le Bessa a été le premier appareil à ouverture automatique de la marque. C’est un appareil bien fabriqué, fiable, qui connaitra de nombreuses innovations originales telles la gâchette de déclenchement sous le capot ou le viseur caréné.

Voigtlander, Bessa.

Version 1929 : 6x9 ou 6,5x11.Se reconnait à sa plaque en demi- cercle, au nom de la marque, située sous l’obturateur. Ouverture automatique de l’appareil. Les premiers modèles ne possèdent pas de viseur cadre ni de joncs métallique. Les repères de distance sont écrits dans la langue du pays de distribution.

-Voigtar 9/ Embezet 100 -Voigtar 7,7/ Embezet 100 -Voigtar 6,3/ Embezet 100

Voigtlander, Bessa.

Des variantes mineures sont à noter ; Couleur et épaisseur du cadre de visée, versions avec retardateur…

Version 1935 : 6x9. En 1935 le boitier est entièrement modifié et prend sa forme définitive. La forme douce du boitier est entourée de joncs chromés. Une gâchette de déclenchement escamotable automatiquement lors de la fermeture se trouve sous l’abattant. Un bouton long à l’avant de l’abattant permet la fermeture de l’appareil. L’appareil est bi format grâce à un cache basculant.

Voigtlander, Bessa.
Voigtlander, Bessa.

-Voigtar 7,7/Singlo -Voigtar 6,3/ Pronto ou Prontor -Voigtar 4,5/ Compur ou Compur rapid -Voigtar 3,5/ Compur rapid -Skopar 3,5/ Compur rapid

Améliorations 1937 : Le jonc chromé devient noir mais surtout le viseur optique est caréné par une coque oblongue. Son ouverture est couplée à celle de l’appareil

Voigtlander, Bessa.
Voigtlander, Bessa.

-Voigtar 7,7/ Singlo -Voigtar 6,3/ Pronto ou Prontor -Voigtar 4,5/ Compur rapid-Voigtar 3,5/ Compur rapid-Skopar 3,5/ Compur rapid

Le Bessa traverse la guerre sans modifications, si ce n’est une version simplifiée, mono format en 1942 sans capot de viseur et celui-ci est à cadre.

1946 : La production reprend. Le modèle est le même qu’avant guerre.

-Voigtar 4,5/ Prontor II-Skopar 3,5/ Prontor II ou Compur rapid

1949 : Le Bessa reçoit de nouveaux obturateurs Prontor S avec la face avant conique et chromée, qui modernisent sont aspect. Apparition des optiques Vaskar ; Pour les es rares versions Compur rapid, l’obturateur, très sobre, est identique à ceux des derniers Bessa RF.

Voigtlander, Bessa.
Voigtlander, Bessa.

-Vaskar 4,5/ Prontor S ou Compur rapid-Skopar 3,5/ Prontor S ou Compur rapid

Version 1950 : Le Bessa I remplace les anciens modèles. Son nom permet de situer l’appareil dans la lignée du Bessa II, fleuron des 6x9. Pour cela il reçoit un capot du même style qui intègre le viseur ; le bouton de rembobinage est lui aussi nouveau.

Bessa1 vaskar et Skopar
Bessa1 vaskar et Skopar

Bessa1 vaskar et Skopar

Voigtlander, Bessa.

-Vaskar 4,5/ Prontor S -Skopar 3,5/ Prontor SV ou Compur rapid

Voigtlander, avec le Bessa, a proposé une gamme complète d’appareils. Du Voigtar 7,7 monté sur Singlo au Skopar 3,5 équipant le Compur rapid chaque client pouvait trouvé son bonheur. De plus des innovations, telles le déclencheur ou le capot de viseur, et ses qualités optiques lui ont permis de s’affirmer et de devenir un énorme succès commercial. En outre l’appareil était très proche des Bessa télémétriques ce qui était valorisant pour les acheteurs. Ce n’est pas pour rien que Voigtlander a repris de nom de Bessa pour ses productions actuelles.

Trouver un Bessa est assez facile. Toutefois il est plus rare de le voir en excellent état. Les joncs chromés sont souvent piqués et le revêtement est assez fragile. Il n’en est que plus agréable de traquer les jolis exemplaires, ou celui, souvent d’entrée de gamme, équipé d’une façade originale.Le Bessa 1 est encore prisé par les photographes et est un moyen format de grande qualité.

Voigtlander, Bessa.

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, Brillant. (maj 2016)
Suite au succès du Rolleiflex lancé en 1929, Voigtlander va mettre au catalogue deux bi-objectifs : Le Superb et le Brillant. Ce dernier est un Bi-objectif non réflex. En effet le cadrage se fait sur un dépoli donnant une image très brillante mais la mise au point se fait à l’estime. Un seul modèle sera un vrai réflex, le couplé. Voigtlander produira le Brillant de 1932 à 1951 et le déclinera en de nombreuses versions.

Brillant métal, 1932-1937 :

Voigtlander, Brillant. (maj 2016)
Première série : Modèle simple, comparable à un box mais à la visée claire et agréable. Armement sur l’obturateur, repérage des distances « paysage-Groupe-Portrait » proposé en 7 langues selon le pays de commercialisation.
Voigtar 9/Obturateur 1/50 V
Voigtar 7,7/Obturateur 1/50
Voigtlander, Brillant. (maj 2016)
Seconde série : Modèle venant épauler la série 1. Boitier légèrement plus haut, table de profondeur de champ derrière le viseur, bague de distance classique sauf le Voigtar 6,3.
Voigtar 6,3/Embezet 1/100
Skopar 4,5/Compur 1/300
Skopar 4,5/Compur rapid 500

Brillant Bakélite, 1937-1951 : V6

modèle 1939, seconde série du V6

modèle 1939, seconde série du V6

Première série : 1937-1939. Apparence identique au modèle précédent mais corps en bakélite haute résistance. Porte latérale pour filtre pivotante (pour filtre et posemètre à extinction)

Voigtar 7,7/Singlo 1/75

Voigtar 6,3/Singlo 1/75

Voigtar 4,5/Prontor II 1/175

Voigtar 4,5/Compur 300

Skopar 4,5/Compur rapid 500

Voigtar 3,5/Compur rapid 500

Brillant 1939 Voigtar 6,3 sur Singlo 75 seconde série

Brillant 1939 Voigtar 6,3 sur Singlo 75 seconde série

Brillant 1949- Vaskar sur Prontor 175

Brillant 1949- Vaskar sur Prontor 175

Seconde série : 1939-1951. La porte latérale pivotante est remplacée par une porte à charnière. Nouvelle fermeture du dos. Après la guerre la série du V6 est poursuivie. La typographie de la marque est plus grande et le Vaskar traité est le seul objectif proposé.
Voigtar 7,7/Singlo 1/75
Voigtar 6,3/Singlo 1/75
Voigtar 4,5/Prontor II 1/175
Vaskar 4,5/Prontor II 1/175 Modèle produit après guerre
Skopar 4,5/Compur 300
Skopar 4,5/Compur rapid 500
Voigtar 3,5/Compur rapid 500

Brillant couplé, 1938-1948

Voigtlander, Brillant. (maj 2016)
C’est le seul réflex bi objectif de la gamme. L’objectif de visée est couplé par engrenage à l’objectif de prise de vue. La mise au point se fait alors sur le dépoli. Une loupe est présente et le viseur sportif est doté de lentilles. Il prend la place du Superb dans la gamme Voigtlander. Après la guerre des appareils seront assemblés à partir de stocks mais la production ne reprendra pas.
Voigtar 4,5/Compur 300
Voigtar 3,5/Compur 300
Skopar 3,5/Compur 300
Skopar 3,5/Compur rapid 500
Héliar 3,5/Compur rapid 500
Le Brillant a été un appareil très populaire. Sa gamme était très large et permettait à chacun de pouvoir posséder un Bi objectif moderne. En 1939 les prix allaient de 465F (V6 avec Voigtar 7,7) à 2100F (Couplé avec Héliar 3,5) Aujourd’hui les modèles les plus simples ont souvent mal vieilli et il est difficile de trouver certains appareils avec une présentation acceptable. Réunir toute une famille de Brillant peut s’avérer une occupation à long terme.La qualité optique et d’assemblage d’un brillant couplé fait de cet appareil une alternative à beaucoup de réflex Bi objectif.
Voigtlander, Brillant. (maj 2016)
Le Brillant a été copié par les russes. En 1946 une version identique au V6 est produite sous le nom de « Komsolets ». La version du brillant couplé elle apparait en 1950 sous le nom de Lubitel (ainsi que sous beaucoup de noms de distribution) . Celui-ci « évoluera » esthétiquement et il est encore possible d’en acheter des neufs ! Il est amusant de constater que cet appareil est encore prisé et a ses fans. Une longue et belle carrière pour le brillant et ses clones !
« unique features for really good pictures » pub V6

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

Voigtlander, Bessa II.

En 1950, le Bessa RF commence à dater. La mode est au chrome, à la photo couleur et l’appareil a déjà 15ans et date d’avant guerre. Alors Voigtlander va le moderniser de telle manière qu’il apparait comme un tout nouveau modèle. Il va prendre l’apparence des Vito, Prominent et Bessa. Pour se faire  la base du RF est conservée mais un nouveau capot aluminium satiné plus haut reçoit un télémètre à base large couplé à un viseur très clair. Sur le capot deux molettes dont une qui permet la mise au point et la mesure de la profondeur de champ.  La platine avant est redessinée et est aussi en métal non peint. Les optiques sont traitées pour la photo couleur.                                                  De petites améliorations techniques et une qualité de fabrication irréprochable rendent ce Bessa II très désirable mais très cher. Le double format est abandonné mais la marque y reviendra sous la pression des clients. En 1950 le Bessa II était déjà condamné par le petit format. Il était encore équipé d’un soufflet et de fenêtres rouges et pourtant les clients fidèles au grand format vont découvrir un appareil extraordinaire qui donnait des images d’une qualité inouïe. Sa qualité de fabrication, ses optiques et son télémètre couplé clair et contrasté en ont fait un mythe. Il est aujourd’hui encore un appareil très recherché car un moyen format assez compact et d’une telle qualité est extrêmement rare. 34500 exemplaires ont été produits.

Bessa II, 1950/1951 :Héliar ou Skopar 3,5 sur Compur rapid. Fenêtre de visée carrée et de télémètre ronde. 

 

bessa2b.jpg

Bessa II : 1951/1954 : Héliar ou Skopar 3,5 sur Compur rapid. Rare Apo lanthar sur Synchro-Compur 500. Deux fenêtres carrées.

 

Bessa II : 1954/1956 : Héliar ou Skopar 3,5 sur Synchro-Compur 500. Rare Apo lanthar sur Synchro-Compur 500. Bi format avec cache pivotant devant l’oculaire de visée.

 

Le Bessa II n’est pas courant mais il est possible de le trouver en très bon état. Il est cher dans sa configuration normale et extrêmement onéreux en Apo Lanthar. Il est encore très recherché comme appareil à utiliser. Vu son prix il est économiquement valable de faire réparer un appareil à obturateur poussif ou en panne.

 

Un Bessa III équipé d’un Héliar et reprenant l’architecture du Bessa II est commercialisé sous le nom de Voigtlander (Cosina). On en dit le plus grand bien, il est magnifique mais coûte 2200€. La saga Bessa RF continue !

« The Camera you dreamed about » 1951 U. S. Camera. 

Voir les commentaires

Published by fotobox.over-blog.fr - Voigtlander

1 2 3 > >>
Haut

Hébergé par Overblog